Sélectionner une page

Mesures à prendre lorsque l’on perd son chat

Réflexions et conseils lorsque l’on perd son chat

 

 Essayons d’abord de ne pas perdre notrechat !

Le meilleur moyen de ne pas le perdre est évidemment de l’empêcher de sortir (merci monsieur de La Palice !) mais si c’est évident à dire, ce n’est pas toujours simple à réaliser : portes donnant sur l’extérieur toujours fermées, si possible avec constamment un sas constitué de deux portes successives, éducation des enfants à fermer la porte derrière soi, moustiquaire aux fenêtres lors des beaux jours ou, au minimum, pose d’arrêt de fenêtre limitant leur ouverture.

Il faut arrêter de penser qu’un chat est un explorateur, un chasseur, qui ne peut s’épanouir qu’en vivant dehors une partie de sa vie.

Nos chats de race, et en particulier nos Bleu Russe sont des chats d’intérieur et ne sont pas malheureux de rester dans leur maison.

Si vous voulez absolument qu’il puisse sortir, la promenade avec un harnais (et non un simple collier) commence à être de plus en plus répandue, en sachant que cette promenade est tout à fait différente d’avec un chien : le maitre promène son chien… le chat promène son maitre !

En été, le chat peut être avec vous dans le jardin, toujours sous surveillance avec une très longue laisse lui donnant un rayon d’action de dix à vingt mètres, là aussi avec un harnais et non un simple collier.

 

– Faites identifier votre chat 

S’il a un pedigree, il est automatiquement identifié et quasi toujours par puce électronique. S’il n’a pas de pedigree, faites le surtout identifier avec inscription à l’ICAD (ex SIEV)

L’identification par puce a un gros écueil : elle est indiscernable sans lecteur de puce et la personne bien intentionnée qui trouvera votre chat n’en est pas toujours au courant ; elle sait que si le chat porte un collier ou s’il a un tatouage dans l’oreille c’est un chat qui a une maison et un maitre. Il ne sait pas toujours qu’il faut aller chez un vétérinaire ou dans un centre de recueil type SPA pour mettre en évidence et « lire » cette puce.

On peut alors résoudre ce problème par la double identification, puce ET tatouage (qui maintenant à tendance à disparaître)

Le collier, utile si votre chat risque de sortir (mais ô combien dangereux en raison des risques d’accrochage) doit, à notre avis, comporter le numéro de téléphone du maitre, mais en évitant de mettre le nom du chat et le nom de son propriétaire, ceci dans le cas où le chat est trouvé par une personne mal intentionnée et n’envisageant pas sa restitution.

 

 Si, malgré toutes ces précautions, vous avez perdu votre chat 

Il faut chercher à le retrouver par tous les moyens possibles : affichage public avec photo du chat, aller voir tous les voisins de la rue et même des rues avoisinantes, le chat au départ ne s’éloignant pas beaucoup de son « territoire ».

Il faut visiter les commissariats (en sachant que la police fera beaucoup plus de cas d’un chien que d’un chat), les refuges d’animaux type SPA, les vétérinaires de votre quartier ou de votre ville (beaucoup de chats trouvés sont amenés au vétérinaire qui lui, immédiatement, recherchera la puce).

Il faut rayonner autour de sa maison en agrandissant le cercle progressivement et en appelant votre chat ; on ne sait pas à quel point, caché car terrorisé, il répondra en se montrant à l’appel de son maitre et au son de sa voix.

 

 – Si VOUS avez trouvé un chat 

Il faut doucement le rassurer, l’amadouer et l’apport de nourriture (pas de lait, bien sûr) reste encore le meilleur moyen pour ce faire et pouvoir l’approcher.

Savoir s’il est identifié en recherchant collier le personnalisant, tatouage et bien sur puce électronique en le conduisant chez votre vétérinaire ou dans le refuge le plus proche (ces professionnels ont tous un lecteur de puce).

 

Prévenez alors son propriétaire ou mieux ramenez-lui le chat. Vous verrez alors dans ses yeux et son comportement toute sa reconnaissance et son bonheur.

 

Que ces quelques conseils puissent éviter qu’une erreur d’une seconde devienne un drame et cet article aura eu une utilité

 

 

 

Réflexions et conseils lorsque l’on perd son chat

 

 Essayons d’abord de ne pas perdre son chat !

Le meilleur moyen de ne pas le perdre est évidemment de l’empêcher de sortir (merci monsieur de La Palice !) mais si c’est évident à dire, ce n’est pas toujours simple à réaliser : portes donnant sur l’extérieur toujours fermées, si possible avec constamment un sas constitué de deux portes successives, éducation des enfants à fermer la porte derrière soi, moustiquaire aux fenêtres lors des beaux jours ou, au minimum, pose d’arrêt de fenêtre limitant leur ouverture.

Il faut arrêter de penser qu’un chat est un explorateur, un chasseur, qui ne peut s’épanouir qu’en vivant dehors une partie de sa vie.

Nos chats de race, et en particulier nos Bleu Russe sont des chats d’intérieur et ne sont pas malheureux de rester dans leur maison.

Si vous voulez absolument qu’il puisse sortir, la promenade avec un harnais (et non un simple collier) commence à être de plus en plus répandue, en sachant que cette promenade est tout à fait différente d’avec un chien : le maitre promène son chien… le chat promène son maitre !

En été, le chat peut être avec vous dans le jardin, toujours sous surveillance avec une très longue laisse lui donnant un rayon d’action de dix à vingt mètres, là aussi avec un harnais et non un simple collier.

 

– Faites identifier votre chat 

S’il a un pedigree, il est automatiquement identifié et quasi toujours par puce électronique. S’il n’a pas de pedigree, faites le surtout identifier avec inscription à l’ICAD (ex SIEV)

L’identification par puce a un gros écueil : elle est indiscernable sans lecteur de puce et la personne bien intentionnée qui trouvera votre chat n’en est pas toujours au courant ; elle sait que si le chat porte un collier ou s’il a un tatouage dans l’oreille c’est un chat qui a une maison et un maitre. Il ne sait pas toujours qu’il faut aller chez un vétérinaire ou dans un centre de recueil type SPA pour mettre en évidence et « lire » cette puce.

On peut alors résoudre ce problème par la double identification, puce ET tatouage (qui maintenant à tendance à disparaître)

Le collier, utile si votre chat risque de sortir (mais ô combien dangereux en raison des risques d’accrochage) doit, à notre avis, comporter le numéro de téléphone du maitre, mais en évitant de mettre le nom du chat et le nom de son propriétaire, ceci dans le cas où le chat est trouvé par une personne mal intentionnée et n’envisageant pas sa restitution.

 

 Si, malgré toutes ces précautions, vous avez perdu votre chat 

Il faut chercher à le retrouver par tous les moyens possibles : affichage public avec photo du chat, aller voir tous les voisins de la rue et même des rues avoisinantes, le chat au départ ne s’éloignant pas beaucoup de son « territoire ».

Il faut visiter les commissariats (en sachant que la police fera beaucoup plus de cas d’un chien que d’un chat), les refuges d’animaux type SPA, les vétérinaires de votre quartier ou de votre ville (beaucoup de chats trouvés sont amenés au vétérinaire qui lui, immédiatement, recherchera la puce).

Il faut rayonner autour de sa maison en agrandissant le cercle progressivement et en appelant votre chat ; on ne sait pas à quel point, caché car terrorisé, il répondra en se montrant à l’appel de son maitre et au son de sa voix.

 

 – Si VOUS avez trouvé un chat 

Il faut doucement le rassurer, l’amadouer et l’apport de nourriture (pas de lait, bien sûr) reste encore le meilleur moyen pour ce faire et pouvoir l’approcher.

Savoir s’il est identifié en recherchant collier le personnalisant, tatouage et bien sur puce électronique en le conduisant chez votre vétérinaire ou dans le refuge le plus proche (ces professionnels ont tous un lecteur de puce).

 

Prévenez alors son propriétaire ou mieux ramenez-lui le chat. Vous verrez alors dans ses yeux et son comportement toute sa reconnaissance et son bonheur.

 

Que ces quelques conseils puissent éviter qu’une erreur d’une seconde devienne un drame et cet article aura eu une utilité